PIEDS - Les fractures de chevilles

 

C'est une fracture articulaire où le traitement doit restituer une anatomie la plus parfaite possible pour espérer un bon résultat à moyen et long terme.

Malgré une bonne réduction de ces fractures le pronostic est le plus souvent lié aux dégâts cartilagineux engendrés par le traumatisme.

C'est une urgence thérapeutique surtout lorsque la fracture est associée à une luxation tibio-astragalienne.

C'est une urgence thérapeutique en raison de la souffrance cutanée et du risque d'ouverture secondaire.

Traitement orthopédique

Sans réduction ; indiqué pour les fractures sans déplacement et stable avec un revêtement cutané normal. L'immobilisation est assurée par une botte plâtrée sans appui ou mieux par un plâtre cruro-pédieux.
Le genou est fléchi à 20° et l'angle d'immobilisation de la cheville est de 90 degrés.
C'est le cas le moins fréquent.

Traitement chirurgical

C'est le traitement de choix pour les fractures déplacées et instables car on contrôle bien la réduction de la surface articulaire de la malléole interne et on redonne la longueur à la malléole externe. Ce traitement doit permettre une réduction anatomique des fractures car le résultat à moyen et à long terme en dépend. La réduction à ciel ouvert est obtenue en abordant les deux foyers de fracture par une voie externe et une voie interne en manipulant très doucement les berges de l'incision pour éviter les gestes agressifs qui compromettent la vascularisation du tissu cutané.

Une fois la réduction de la fracture de la malléole externe obtenue, la synthèse est faite idéalement par une plaque vissée ou parfois par des vis selon le degré de comminution. La synthèse par broches centro-médullaires avec ou sans cerclage n'est pas recommandée car souvent la réduction n'est pas parfaite et le cerclage peut altérer la vascularisation osseuse.

La synthèse de la facture de la malléole interne est faite par une vis ou mieux par 2 vis qui ont une direction antéro-postérieure et ascendante

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pieds - Pieds Hallux valgus

Concernant la chirurgie de l'avant pied, on doit respecter certaines règles.

Il faut rétablir autant que possible une anatomie qui se rapproche de la normale

Sans pour cela rigidifier inutilement certaines articulations ou adjoindre des prothèses.

Il faut toujours raccourcir le gros orteil s'il est trop long. Un gros orteil maintenu disproportionné après intervention est voué à se déformer secondairement, soit en valgus, donc récidive, soit en varus, déformation encore plus gênante que l'initiale.

Il faut respecter l'articulation métatarso-phalangienne du gros orteil si elle est saine, surtout chez le jeune sujet et le sportif. 

Enfin, il ne faut pas raccourcir le premier métatarsien, car l'appui principal du corps se ferait sur les métatarsiens moyens, avec méta tarsalgies secondaires et luxation des orteils.

Quant à l'arthrodèse métatarso-phalangienne (intervention visant à provoquer l'ankylose d'une articulation) et aux prothèses, elles seront exclusivement réservées aux cas extrêmes ou à certaines opérations de rattrapage. 

Pieds - Chirurgie des orteils

Les techniques chirurgicales pour la correction de la déformation du gros orteil sont variées.

  • Si le gros orteil est plutôt court et les déformations peu importantes:

    • une exostosectomie simple avec cerclage métatarsien peut suffire.

  • Si le gros orteil est court avec des déformations importantes:

    • toujours sans ou avec peu d'arthrose : une opération de Mc Bride donne de bons résultats (par une double incision, exostosectomie, capsulotomie externe et transposition de l'abducteur au col du métatarsien).

  • Si le gros orteil est long avec une déformation limitée sans arthrose :

    • on raccourcit la phalange par une ostéotomie soustractive en son milieu. 


Les deux articulations sont ainsi respectées.


Un cerclage est réalisé pour corriger le valgus et le métatarsus varus.

  • Si le gros orteil est long, avec déformation importante:

    • une ostéotomie de raccourcissement de la phalange associée à une opération de Mc Bride.



L'arthrodèse et les prothèses ont des indications tout à fait exceptionnelles.

Les suites postopératoires

  • la chirurgie des orteils, le plus souvent nous ne prescrivons aucune précautions particulières.

  • La présence d’un bandage important empêche cependant le chaussage.

  • Les opérations de transposition tendineuse et même les ostéotomies métatarsiennes ne nécessitent pas de plâtre mais simplement le port d’une semelle avec décharge de l’avant pied.


Seules les interventions rares d’arthrodèse méta-tarsophalagiennnes nécessitent le plâtre.

N'oubliez pas de reprendre rendez-vous avec votre orthopédiste pour une visite de contrôle.

© 2016 by Be-Bundle SPRL